jeudi 7 février 2013

aujourd'hui c'est presque (361-5)

Approximativement, ça pourrait être presque ça ! 

A l'époque je vivais dans une république casanière, c'est-à-dire chez moi. 
Je me sentais moche comme un cou à me  faire beurrer le mou : la lutte des glaces avait du blond dans l'aile, tournant en vaines quenelles de voisinage. 
Je commençais à sucrer les braises, avec la peur au centre d'avoir la main sourde. Pas facile de taquiner la ruse, même si on a du grain à coudre, ça peut n'être que de la foudre aux yeux. 
Et je suis tombé dans les gommes, ils m'ont pris pour une foire, personne pour prendre ma dépense. J'ai gueulé à pierre fendre : non, je ne marche pas sur la bête, non, et je tords le pou à cette idée. 
Y a pas moto et je ne lâcherai pas de zeste car je ne suis pas une poule rouillée ! 
Tout ça parce que je suis constamment sur la crèche ? 
Que certains rêvent de me mettre au brancard ? Qu'ils soient prudents, je peux fort bien leur rendre l'appareil. Car je ne tournerai pas cosaque et je continuerai à fendre les plots, je le jure mes grands vieux.

Même si tout le monde peut se tremper.

7 commentaires:

  1. Réponses
    1. Merci, je me suis régalé aussi à l'écrire !
      Une courte série est envisagée sur Interférences 1, la maison mère ;-)

      Supprimer
  2. "la lutte des glaces avait du blond dans l'aile," un peu basic non?
    ou c'est l'instinct? :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je dirai un peu " juste jolie coïncidence"
      ;-)

      Supprimer
  3. Je me suis délectée, bravo!
    D'autant plus que je vis en casa avec des zigotos qui, tout en parlant assez bien le français, confondent souvent les consonnes.
    Surtout V et B bien sûr."Je bais voire un berre"...

    Bonne journée!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci aussi Colo, et gare aux gigotos ;-)

      Supprimer
  4. au-delà de cet excellent exercice, j'adore par dessus-tout l'expression "république casanière"

    RépondreSupprimer